La réalité en opposition ą la pensée 

 Michael Dawson

 

Tu ne demeures pas ici, mais dans l’éternité. Tu ne voyages qu’en rźve alors que tu es chez toi en sécurité. « Un Cours en Miracles » T-13.VII.17:6-7

 


 

 

Des pensées (nuages) apparaissent et semblent prises pour la réalité.

Toutefois, la réalité ne peut źtre que le présent tandis que les pensées s’attardent au passé ou au futur.

 

 


 

 

L'esprit de la plupart des gens est continuellement rempli de pensées dont plus de 90 % sont répétitives.

Nous vivons dans une réalité virtuelle et l'état naturel est assombri et oublié.

Ce n'est que lorsque ces pensées ne sont pas prises au sérieux qu’elles mourront par manque d'attention et permettront ą la paix et ą la joie de revenir ą leur conscience.

 


 

Si vous jugez quelque chose, vous le rendez réel.

Vous ne pouvez pas pardonner et juger.

Si vous ne jugez pas, c’est que vous ne le prenez pas au sérieux.

 

Le fait de ne pas prendre vos pensées au sérieux défait l'ego et le fait mourir de faim.

Ainsi le Cours nous demande de sourire doucement ą nos pensées d'ego, de regarder sans jugement.

Ceci est le pardon.

 

Le pardon… est calme, et tranquillement ne fait rien… il regarde simplement, attend et ne juge pas. Livre d'exercices; 1.4 : 1,3

 

« Un Cours en Miracles » introduit de nouveaux concepts ou croyances afin d’en défaire les plus douloureux. Mais le cas échéant, mźme ceux-ci doivent źtre abandonnés. 

 

Oublie ce monde, oublie ce Cours et viens les mains entiŹrement vides ą ton Dieu. Lećon 189

 

Comme nous apprenons ą perdre intérźt dans les pensées et les concepts qui n'ont aucune signification pratique, nous faisons place ą la vérité pour qu’elle se manifeste ą notre conscience.

 

Tout ce qui t’est demandé, c’est de faire place ą la vérité. Il ne t’est pas demandé de faire ce qui est au-delą de ta compréhension. Tout ce qui t’est demandé de faire est de la laisser entrer; d’arrźter seulement de faire interférence avec ce qui arrivera de soi-mźme; simplement de reconnaĒtre ą nouveau la présence de ce dont tu pensais t’źtre départi.

T-21.II.7.